Acheter un telephone mobile d occasion, un marché en plein boom!

Le marché de l’occasion des telephones portables explose!

mobile-occasion-pas-cher
Un iPhone 4 de 32 Go à 249 €, un Samsung Galaxy S à 120 €… Voilà des tarifs imbattables pour des smartphones récents, vendus habituellement deux fois plus cher. L’astuce ? Il s’agit d’appareils d’occasion. De plus en plus de boutiques en ligne se sont spécialisées dans la vente de mobiles de seconde main. Les opérateurs s’y sont mis aussi. Orange propose une petite sélection, et Bouygues Telecom a ouvert un site dédié. « C’est un marché en plein boom, confirme Antoine Couret, le responsable marketing produits de l’opérateur. Tout le monde n’est pas prêt à payer le prix d’un smartphone neuf. » Pourtant, avec le développement des offres sans engagement, et donc sans téléphone, les consommateurs vont devoir s’équiper par eux-mêmes.

En occasion on ne trouve pas les derniers modèles des fabricants de mobiles

Jusqu’à présent, le marché de l’occasion se limitait aux sites d’annonces entre particuliers type Ebay ou Le bon coin. La professionnalisation de l’offre est plutôt une bonne nouvelle pour le consommateur, qui voit une alternative s’ouvrir à lui. Et lui procure une certaine sécurité. Lors d’un achat sur des sites entre particuliers, une crainte plane toujours sur le bon état de fonctionnement de l’appareil, la fiabilité du vendeur, la conformité de la description ou encore le soin apporté à l’emballage pour l’expédition. Là, les mobiles revendus sont la plupart du temps garantis. Mais chaque site à sa politique, 3 mois, 6 mois ou bien garantie vendue en option (lire encadré « Acheter d’occasion »).

Bien sûr, il ne faut pas s’attendre à tomber sur les téléphones dernier cri. « Un peu comme sur le marché de l’automobile, l’acheteur a une idée du modèle qu’il veut, mais il prendra ce qu’il y a sans être trop regardant sur la couleur des sièges », résume Renaud Kayanakis, PDG de Mobilorama.com. Autrement dit, un consommateur qui cherche un mobile précis devra se contenter d’un modèle approchant. Les mobiles proposés ont, de toute façon, une génération de retard au moins. Du côté des smartphones, par exemple, le Samsung Galaxy S est proposé d’occasion depuis que son successeur, le Galaxy SII, a été lancé. Idem pour l’iPhone d’Apple, que l’on peut trouver en version 3GS et 4 depuis la sortie du dernier modèle en date, le 4S. On trouve aussi des modèles beaucoup plus anciens, moins haut de gamme, ou encore des téléphones simples vendus entre 20 et 50 €. Chaque site de vente a toutefois sa propre politique commerciale. Chez Mobilorama.com, tous les genres sont représentés, mais chez Bouygues Telecom, la sélection est drastique. « Comme le marché est encore tout neuf, nous avons choisi de ne proposer que des marques connues », explique Antoine Couret. Soit Apple, Samsung et Blackberry, les plus demandées. Quant à savoir si les appareils sont assez solides pour encaisser plusieurs vies, il n’y aurait pas d’inquiétude à avoir. « Les smartphones ont une durée de vie 30 à 40 % plus longue que les mobiles classiques », assure le responsable.

La mémoire des telephones portables nettoyée

Avant d’être remis en vente, les téléphones sont, il est vrai, nettoyés. Les fonctions sont testées et le logiciel interne est complètement écrasé puis remplacé par une version vierge. C’est à ce moment-là que le téléphone est débloqué (« désimlocké ») pour fonctionner sur les réseaux de tous les opérateurs mobiles et que les données personnelles du précédent propriétaire sont effacées. Malheureusement, le procédé de traitement n’est pas infaillible. Fin 2011, suite à un échange standard en SAV, un client d’Orange a eu la surprise de découvrir dans son mobile les données d’un autre. « C’est un cas isolé, le client en question a utilisé un logiciel de restauration de données. Nous faisons ce qui se fait de mieux en matière d’effacement des données personnelles, mais il nous est impossible de courir après tous les logiciels pirates », explique Laurent Martin-Blanc, chargé chez l’opérateur du programme collecte et recyclage des mobiles. Il serait donc impossible de tomber sur des données sensibles sans le chercher.

Sur les téléphones anciens, les données sont laborieusement supprimées à la main, contact après contact, photo après photo. « Dans ce cas, elles restent toujours nichées quelque part dans la mémoire du téléphone », confesse Zakaria El Hessni, responsable de la filière mobiles. « Mais ces modèles sont le plus souvent dénués de fonctions multimédia, ils ne contiennent donc ni mots de passe Internet, ni musique », tempère-t-il. Heureusement, dans plus de huit cas sur dix, le mobile est assez récent pour subir un nettoyage logiciel, cette fois fiable et irréversible.

L’exception Apple iPhone sur le marché de l occasion

Seul l’iPhone pose problème. C’est d’abord le seul modèle qu’il soit impossible de désimlocker : Apple ne donne qu’au premier propriétaire le droit de demander le déblocage. C’est pourquoi sur les sites d’occasion, l’iPhone est le plus souvent vendu bloqué sur le réseau de Bouygues Telecom, Orange ou SFR. Ensuite, tout récent qu’il soit, l’iPhone ne peut être vidé que manuellement, à travers les menus du téléphone. Cela laisse toujours planer un doute quant à la destruction réelle des données. « Nous sommes complètement tributaires des procédures des constructeurs, confesse Laurent Martin-Blanc, de chez Orange. Si Apple ou les autres constructeurs refusent de durcir leurs procédures de protection contre les logiciels pirates, nous ne pouvons absolument rien faire. » Apple a refusé de répondre à nos questions. Au final, en achetant un iPhone d’occasion, les chances de tomber sur les données de votre prédécesseur sont minces. Mais si vous vendez le vôtre (lire encadré « Anciens mobiles »), priez pour que le nouveau propriétaire ne soit pas un pirate trop curieux.

Acheter d’occasion votre mobiles d occasions Nos conseils

Où les trouver ? Sur Internet. BouyguesTelecom.fr, Orange.fr, Magicrecycle.com, Mobilorama.com. Orange propose quelques modèles dans ses boutiques, mais ils ne sont pas exposés, il faut s’adresser à un vendeur.
Occasion/reconditionné. Attention. Un « mobile d’occasion » a déjà eu une première vie (il a été utilisé plus de trois mois) et a subi des tests avant d’être remis en vente. Un « mobile reconditionné », en théorie, n’a jamais été utilisé. Il s’agit de retours de clients non satisfaits de leur achat (rétractation ou panne). Le mobile est alors réparé et remis en vente. Mais certains sites sèment le trouble ! Chez Orange, les mobiles dits reconditionnés sont en fait des mobiles d’occasion. SFR ne vend pas de mobiles d’occasion, mais des mobiles reconditionnés !
Prix. D’un site à l’autre, ils varient beaucoup. L’iPhone 4 (32 Go) est vendu 489 € chez Mobilorama.com, 440 € chez Bouygues Telecom et 350 € chez MagicRecycle.com.
Garantie. La garantie offerte est en général de 6 mois. Mais parfois il faut y souscrire en option. C’est par exemple le cas chez Mobilorama.com (10 € par mois pour un remboursement en cas de problème dans les 6 mois).
Rétractation. Comme pour tout achat à distance, vous bénéficiez d’un délai de rétractation de 7 jours.
Anciens mobiles
Faites vos fonds de tiroir
Depuis 2006, la loi oblige opérateurs et distributeurs à reprendre les vieux mobiles de leurs clients afin qu’ils soient recyclés (directive européenne sur les D3E — déchets d’équipements électriques et électroniques). D’un autre côté, nous sommes incités par les opérateurs à changer de téléphone alors que l’actuel fonctionne toujours (tous les 18 mois en moyenne). Du coup, nos anciens mobiles dorment au fond des tiroirs. C’est ce qui a donné naissance à un nouveau métier, « opérateur de reprise ». Il s’agit de sites Internet qui proposent de racheter vos mobiles (par exemple, environ 100 € pour un Samnsung Galaxy S ou 25 € pour un Nokia N95). Recyclez-moi.com, Bak2.fr, Mister-reprise.com, Monextel.com… Des dizaines ont vu le jour, motivés par un même objectif : constituer des stocks de téléphones qu’ils revendront ensuite dans différents circuits en fonction de leur état et de leur ancienneté. La plupart finiront dans les pays en voie de développement et les plus perfectionnés seront proposés en France sur le marché de l’occasion.

Répondre

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.